Opération #CouperCourtAuxEncours : Julypouce

logo couper court aux encours vieille morue

Comme vous le savez, je me suis lancée dans une chasse aux encours… Après Aline au pays des mailles, c’est Julypouce qui a accepté de se prêter au jeu de l’interview ! C’est chouette, parce que ses projets sont plein d’ingéniosité, et égayent le quotidien. J’avais donc hâte d’en savoir plus sur son organisation !

Allez avoue Julie, toi qui est hyper-productive, combien d’encours as-tu sur le feu en ce moment ?

D’habitude j’en ai toujours au moins 3 ou 4 sur le feu : un encours pour les transports, un encours « test », un encours long et chiant… mais en ce moment c’est un peu particulier car je travaille sur mon deuxième livre, donc j’explose carrément les scores !!

Comment fais-tu pour creuser toutes les idées de DIY qui te viennent à l’esprit ? Tu as une liste hiérarchisée, ou un truc du genre ?

Non, pas de liste, je ne suis pas du genre organisée. J’aime fonctionner sur l’instant. J’ouvre mon placard à pelotes (en fait le dressing de notre chambre pas encore aménagé !) et j’improvise. J’aime bien partir avec une contrainte. Par exemple pour mon article « moufles ou mitaines »,  à la base je voulais juste faire une paire de moufles, mais je n’ai pas eu assez de laine pour tricoter la deuxième… du coup j’ai fait une mitaine. Et ça m’a donné l’idée de faire un article avec deux tutos et de dire aux lectrices de choisir leur camp : êtes-vous plutôt moufles ou mitaines ?

Pareil pour l’écharpe Nazca : j’ai du jouer avec les changements de couleurs pour pouvoir la terminer. Voila d’où vient mon amour pour les associations de couleurs, je n’ai jamais 3 pelotes pareilles !

Mes projets préférés sont les « vides placards » comme le serpent rayé  et les petits projets rapides avec des restes de pelotes, comme le bracelet tricotin .

Tu déniches souvent les bons plans sur le web, t’arrive-t-il du coup de commander des fournitures sans savoir à quoi ces 20 pelotes de coton biologique pour le prix de 15 vont te servir, ou quand est-ce que tu vas pouvoir aboutir un projet ?

Tout le temps ! Je ne sais jamais d’avance ce que je vais faire avec mes pelotes ! Je pars toujours de la matière et après je trouve l’idée, selon mes envies du moment.

Mais tu ne te fais pas engueuler par ton copain, à cause de ces encours qui traînent ?!

Je crois qu’il relativise maintenant, surtout depuis que l’on a déménagé dans une maison ! Et puis tout est centralisé dans un placard, j’essaye de ne pas trop dépasser ! De temps en temps il me lâche un « t’as beaucoup de laine non ? ».

Aurais-tu un conseil pour arriver à recycler un encours qui n’en finit plus ?

Il y a toujours un moyen de recycler ! Souvent le coussin est la bonne solution si vous avez commencé un pull. Et si c’est plus petit vous pouvez toujours transformer votre tricot en trousse ou pochette. Comme je ne tricote quasiment jamais de grosses pièces ça ne m’arrive pas souvent. Mais je me dis qu’un jour j’assemblerai tous les petits bouts tricotés qui trainent pour en faire une couverture géante !

Oh, j’adore cette idée de couverture géante 😀 Merci Julie d’avoir répondu à mes petites questions !

——-

Et sinon, il y a toujours une jolie mug à gagner avec le jeu #CouperCourtAuxEncours !

Opération #CouperCourtAuxEncours : Aline au pays des mailles

logo couper court aux encours vieille morue

Comme vous le savez, dans ma lutte contre les encours, j’ai envie d’inviter mes blogueuses préférées pour bénéficier de leur retour d’expérience et de leurs conseils.

Aujourd’hui, c’est Aline au pays des mailles qui s’est très gentiment prêtée au jeu !! C’est une tricoteuse-crocheteuse chevronnée que j’admire beaucoup, et je suis donc ravie de pouvoir l’accueillir ici.

Bon alors Aline, il paraît que tu termines TOUJOURS tes encours… C’est vrai ce mensonge ?

Oui M’dame ! Je suis plutôt têtue, perfectionniste et quand je débute un projet, je m’investis énormément. Je défais, je modifie et recommence jusqu’à obtenir ce que je souhaite. Je peux aller jusqu’à finir un tricot alors que je sais pertinemment que je ne le mettrais pas. Moi dans toute ma splendeur ! Et étant blogueuse tricot, le processus de création d’un projet me demande beaucoup de temps (photos, écriture…) je ne peux pas trop me disperser. 

Mais comment est-ce possible ?! Tu t’interdis de commencer un nouveau projet tant que tu n’as pas fini le précédent ?

Je ne m’interdis rien, il faut que le tricot reste un loisir qui me procure du plaisir, c’est pour cela que mes projets ne sont jamais vraiment établis. J’aime me concentrer et porter toute mon attention sur une chose à la fois. Se disperser n’apporte rien de bon, ah si, des encours non terminés dans les placards. Ah ah !

Mettons que tu sois en train de tricoter un pull. Une espèce de jacquard bien long, bien compliqué, bien chiant. Et puis là, tu tombes sur un modèle de pochette en crochet trop mignon.. Tu es capable de résister ?

Oui et non ! Une petite concession est toujours envisageable, j’achète tout le matériel pour réaliser cette pochette mais je termine d’abord mon tricot.

Quel est le projet dans lequel tu t’es lancée qui a duré le plus longtemps ?

Celui sur lequel je suis en train de travailler mais comme c’est un test knit,  je ne peux dévoiler trop de choses… Ma veste Old Romance, un modèle de Joji Locatelli, m’a demandé beaucoup de patience et d’énergie, c’est la plus belle pièce que j’ai tricotée. Je me dirige de plus en plus vers ce genre de modèle car leur construction est très soigné et c’est un détail que j’apprécie. 

Une astuce pour garder courage, tenir bon dans les moments difficiles ?

On est toutes différentes, c’est tellement subjectif ! Certaines ont besoin de faire des pauses et de revenir à leur projet plus tard, quand d’autres en ont plusieurs en même temps, et puis il y a les filles un peu scolaires comme moi ! Que ce soit un joyeux bordel ou bien organisé, au final tout passe par les choix que l’on a faits. 

Avec le temps et la pratique, j’ai appris à éviter certains pièges… Bien choisir son modèle est primordial ! Une chose que je fais souvent : si une pièce au tricot me plaît, j’attends d’avoir les retours de tricoteuses qui ont réalisé le modèle. 

Lire les explications du modèle avant de se lancer et se confronter à la réalité (ok, je ne le fais pas souvent) c’est une bonne idée ! On peut se lancer avec plus de sérénité et il n’y a pas de mauvaises surprises.

Tout ce qui se tricote avec des petites aiguilles sera forcément long à confectionner et le jersey n’est pas du plus motivant… Quand on a ce genre de projet sur les aiguilles , avoir un petit projet accessoire ou autre pour faire des pauses est sympa !  Vous connaissez le tissage de perle ? On n’est d’accord qu’on ne commence pas un autre pull, hein les filles !!!

Les Kal sont aussi très intéressant, le fait de ne pas se retrouver seul en galère avec son tricot, de s’entraider ou de voir l’évolution des autres est motivante.

Ou mettre en vue ses précédents en cours ! Je crois que ça a été un bon électrochoc pour toi ?

Haha, bien vu ! Merci Aline, cet échange m’aiguille beaucoup !

—–

Fortes vous aussi de tous ces bons conseils, n’hésitez pas à participer au jeu #CouperCourtAuxEncours , il y a une jolie mug à gagner 🙂

De jolis faire-parts, pour mon joli jour

Sur ce blog, j’ai aussi décidé de vous faire partager l’aventure de mon mariage. J’ai passé tellement de temps à le préparer, j’y ai mis tant d’énergie et de moi-même, que j’ai parfois un peu le blues maintenant que tout est passé. Ici, c’est donc l’occasion de revivre en quelque sorte cette période magique, et partager avec vous mes DIY et conseils.

mariage vieille morue

Il y a tout juste un an, j’envoyais mes faire-parts. 42 enveloppes, pour 80 invités.

Je précise avant toute chose que je suis urbaniste de formation, et que j’ai donc des compétences en infographie. Sans vraiment d’idée précise en tête, je me suis lancée sur Illustrator, un logiciel que j’affectionne beaucoup. J’ai d’abord réalisé plusieurs styles totalement différents, et l’Homme a tranché. Une fois la conception réalisée sur ordinateur, j’ai préparé les planches d’impression sur Indesign, puis fait imprimer mes cartons chez l’un de mes contacts, qui m’a également fait la découpe.

faire part vieille morue 1 invitation

En tout, quatre planches, sur deux cartons recto-verso.

Sur la première, des informations de base, avec une formulation sobre mais un jeu sur les typographies et les couleurs. Dans le fond, j’ai créé un motif baroque façon papier-peint.

faire part vieille morue 2 rsvp

Au dos, le RSVP (« Réponse attendue S’il Vous Plaît »), précisant nos coordonnées. J’ai profité de la place laissée sur ce carton pour y insérer un dessin de notre petite famille. N’étant pas vraiment photogénique, je suis assez mal à l’aise devant l’objectif, et je ne me voyais pas mettre une grosse photo de moi. Par ailleurs, j’ai longtemps rêvé de devenir illustratrice dans ma jeunesse, et c’était donc l’occasion d’y glisser un élément de très personnel.

faire part vieille morue 3 planning

Sur le deuxième carton, le programme de la journée. Aucun mérite, je l’ai allègrement copié de plusieurs images trouvées sur le web, et j’ai simplement redessiné la plupart des items à ma sauce.

faire part vieille morue 4 plan

Enfin, les adresses des deux lieux de la fête, avec un plan pour aider les invités à trouver leur chemin.

faire part vieille morue ensemble

Le tout était maintenu par un bandeau de papier à relief sur lequel nous avions craqué. J’y ai glissé un ruban de satin rose, fixé dans la jointure du papier à l’arrière et passant dans deux fentes sur l’avant.

Pour finir, et parce que nous voulions offrir un premier petit cadeau à nos invités, un magnet à détacher était placé sur le bandeau et le ruban.

vieille morue faire part enveloppe rose gris.jpg

Côté enveloppe, nous avons craqué sur un système de pliage origami. L’aspect argenté brillant donnait une allure chic à l’ensemble. Elles étaient certes un peu chères, mais on voulait marquer le coup. J’ai écrit les adresses manuellement, avec une écriture lointainement inspirée de la calligraphie. A noter qu’à l’intérieur de l’enveloppe, un autocollant invitait les personnes à se connecter sur notre site internet de mariage afin de trouver plus d’informations pratiques et logistiques.

J’ai beaucoup douté avant d’envoyer mes faire-parts, à cause des critiques que j’avais reçues pendant la phase de réalisation, venant d’une personne proche : « mais c’est gris, c’est triste… », « ça ne fait pas mariage », « le dessin est trop enfantin », « c’est bizarre de mettre ses animaux dans son faire-part… ». Mais j’ai décidé de tenir bon, et les échos positifs que j’ai reçus par la suite m’ont réconforté. Aujourd’hui, je ne peux que conseiller aux futurs mariés d’écouter LEURS envies et de SE faire plaisir avant tout.

Opération #CouperCourtAuxEncours : le lancement

L’histoire a commencé innocemment.

En ce moment, je tricote un gilet en cinq parties. Quand le dos a été terminé, tout en sachant que c’est un projet un peu long et que je n’allais pas laissé tous ces bouts traîner sur ma table de chevet, j’ai souhaité le ranger dans mon « placard à bricoles » en attendant le montage final. Sauf que… Je n’ai pas réussi à lui trouver une place, entre toutes les fournitures et, force est de l’avouer, tous les en-cours qui y trônaient déjà…

Pas paniquée pour deux sous, je me suis alors dirigée vers un autre coin où je peux stocker mes ouvrages. Sauf que là encore, impossible de refermer le coffre, qui était plein…

C’est à ce moment que la morue en moi a lâché un sévère « Meuf, tu abuses. »

vieille morue encours

Il faut dire que le constat est sévère. J’ai tant de fameux « en-cours » que je n’ose vous avouer le nombre de projets que j’ai comptés… Mais cette fois-ci, il est hors de question que je me laisse déborder. De 1/, je ne me trouverai pas de troisième cachette à en-cours. De 2/, je vous propose de faire la chasse avec moi !

Puisqu’il vaut toujours mieux rire que pleurer, j’ai en effet décidé d’entrer en guerre contre ces projets inachevés que l’on délaisse, que l’on cache un peu honteuses… Se dénoncer S’en rappeler nous motiverait peut-être à reprendre nos aiguilles (qui sait?)… L’idée n’est pas de se flageller, mais de dédramatiser la chose ! Un peu de d’auto-dérision, mesdames !

logo couper court aux encours vieille morue

Jusqu’à la fin du mois au 14 mai, je vais donc recevoir quatre de mes bloggeuses fétiches afin qu’elles nous parlent de leur expérience et qu’elles nous livrent leurs conseils.

En commentaire, parle moi d’un de tes en-cours : quel est ce projet, comment tu en es arrivée là, etc… Par mail, envoie moi une photo sur l’adresse : blogvieillemorue@gmail.com , ce qui me servira à constituer un « Mur des encours ». N’oublie pas de présenter cet ouvrage sur ton propre blog si tu en as un, avec le logo ci-dessus !

mug motivation couper court aux encours

Par ailleurs, j’offrirai un petit cadeau à l’une des participantes par tirage au sort parmi mes abonnées, le 30 avril le 14 mai. Il s’agit de la « tasse de la motivation » de Katie Abbey Designs, directement importée d’Angleterre, pour se motiver avec un bon thé à boucler ce fichu pull dont il ne manque plus qu’une manche, ou la trousse à qui tu avais pourtant promis un zip.

EDIT : Malheureusement, en raison d’un sale problème d’ornithorynque dont je vous parlerai peut être un jour, je n’ai pas pu aboutir mon projet comme je l’avais prévu à la date du 30 avril. Je décale donc mes plans au samedi 14 mai (dans deux semaines) pour faire le tirage au sort. Je vous présente sincèrement toutes mes excuses !

Un baleineau pas si raplapla

Dans le dernier Chouette Kit que j’ai commandé, j’ai hérité d’une pelote solitaire, me permettant de réaliser un baleineau au tricot. Le modèle est si mignon que ça m’a donné envie de le réaliser, rien que par principe (suis-je la seule à craquer sur des amigurumis et ne pas savoir qu’en faire par la suite?!)

vieille morue ck baleineau 2

Pas de bol, je suis arrivée à court de fil en plein milieu d’une nageoire… Me restait donc en plus la deuxième, ainsi que l’assemblage final. Ce n’est pas la première fois qu’un kit ne me suffit pas pour terminer un projet, et ces contre-temps ont tendance à franchement me faire grognonner.

baleineau 2

Je l’ai défait une fois. Deux fois. Toujours trop court… Ca m’a gonflée. La morue en moi se sentait arnaquée. J’étais trop contrariée pour commander une pelote en plus (après tout, j’avais acheté un kit..) et le « baleineau raplapla » à rapidement rejoint le placard obscure des en-cours (dont la légende raconte que peu sont ressortis).

Néanmoins j’ai eu de la chance, et le SAV des Chouettes a été efficace et bien sympa : j’ai reçu il y a quelques jours un reste de pelote, me permettant de reprendre le travail où je l’avais laissé.

La réalisation est très facile et rapide (du jersey tout simple, avec quelques augmentations / diminutions). Il faut néanmoins tricoter très serré, ou prendre une taille d’aiguille encore inférieure à celle conseillée. Les yeux sont des perles de bois coloriées en bleu : je les remplacerai peut être par du noir.

vieille morue ck baleineau 1

Après en avoir discuté avec le groupe des chouettes lyonnaises, je me suis rendue compte que je n’étais pas la seule à rencontrer ce souci de fil… Il me reste encore de la laine, je suis prête à l’envoyer à une autre baleine raplapla dans le besoin !

Modèle : Chouette Kit n° 19

Laine : Rico Design Essentials Big, coloris gris

Gudule, un cadeau de naissance raté.. ?

Juliette, c’était à la base ma responsable au travail. Rapidement, elle est devenue mon mentor professionnel, et j’ai énormément appris à son contact. Aujourd’hui, je la considère comme une amie.

Juliette est souriante. Juliette est pétillante. Juliette est toujours positive et dynamique. Or… Juliette est enceinte jusqu’au cou ! Il fallait donc que je prépare un cadeau de naissance pour sa petite fille, qui soit digne de ce nom. Après moultes recherches de peluches à crocheter, je suis tombée sous le charme de Gudule, un des jolis personnages de Tournicote.

12966539_10206059322428772_1158893276_n

J’avais pour idée de faire une poupée beige, avec des rayures roses, un peu du genre de celles d’Une poule à petits pas et de La cabane de Caro. Sauf que toute la conception a été chaotique ! Tout d’abord, impossible de trouver les pelotes Natura de DMC préconisées sur Lyon. Désespérée, je me suis rabattue sur l’Atelier, pour compenser avec du coton Drops : pas de bol, la boutique n’avait plus beaucoup de stock, j’ai du faire avec les pelotes qu’il restait et partir sur un look « total pink ». D’après mes calculs, une seule pelote principale devait me suffire : grosse erreur ! Me voilà à court en plein milieu du buste… J’ai donc du courir en ville pour pouvoir continuer… Jusqu’à manquer encore de fil pour finir mes oreilles ! Un peu rageuse (après tout, je ne suis pas Morue pour rien), j’ai décrété que je n’achèterais pas d’autre pelote, et j’ai bariolé une oreille pour économiser du rose pâle. Mais même avec cette astuce, j’ai été très juste et vous imaginez donc la galère pour la couture des différentes parties…

Pour finir, j’ai du tester trois visages différents avant d’en trouver un correct (pour un nourrisson, on évite les yeux et museaux en plastique à clipser, il faut donc broder à la main tous les traits tout en veillant à créer une expression sympatique).

Le résultat me convient moyennement. Je ne suis pas entièrement satisfaite des couleurs (n’est-ce pas trop rose? les rayures ressortent-elles suffisamment?). Par ailleurs, je me pose des questions sur le montage de la peluche : on assemble en effet le corps et la tête, qui sont crochetés séparément, ce qui a pour conséquence de dessiner une vilaine cicatrice dans le coup du personnage, qu’il faut ensuite cacher avec un foulard. Pourquoi ne pas directement créer la tête, dans la foulée du corps? Je pense que j’essaierai la prochaine fois. Et puis le fait de faire des rayures quand on crochète en rond créé forcément un petit décalage de couleur.. Je le savais pourtant, j’aurais du faire des mailles coulées + une ou deux mailles en l’air pour rester bien droite. Grmpfgh.

A cause de tout ça, j’hésite : mon premier Gudule est-il à la hauteur? Est-ce qu’il plairait à Juliette?

12966103_10206059316908634_1722983666_n

Modèle : « Gudule », Tournicote… à cloche-pied, Eyrolles

Fils : Drops Design : Muskat, coloris 34 Rose + Paris, coloris 33 Rose moyen + Glitter Silver