Le snood de l’insomnie

Il y a certaines nuits où l’on ne trouve pas le sommeil… C’était peut-être la pleine lune ou que sais-je, mais lorsque j’en ai eu marre de me retourner mille fois dans mon lit, de compter les moutons, les zèbres et les licornes, j’ai décidé de rentabiliser mon temps. Ce petit snood, je l’ai donc crocheté en quelques heures, à la lumière d’une lampe Ikea.

snood bleu chouette kit bride crochet morue 2

Une succession de brides avec deux rangées de petits jours. Rien de bien compliqué, pour un résultat plutôt sympathique et particulièrement adapté à la météo de ces derniers jours où le ciel bleu se couvre en deux-trois mouvements.

Niveau finition, je ne suis pas pleinement satisfaite.. A vrai dire, j’ai cousu les deux côtés comme j’ai pu, mais le snood étant plutôt ajouré, il m’a été difficile de rendre la jointure invisible… S’il existe des solutions, je suis vraiment preneuse !

Avec à peine 50 grammes de fil, il n’est pas franchement volumineux, c’est juste histoire de dire que l’on a quelque chose autour du cou ! Et puis ce fil Lana Yang est touuuut doux, c’est très agréable à porter.

Modèle : Chouette Kit n°20

Laine : Amira Lang Yarns, coloris 34 bleu jean

Opération #Couper Court Aux Encours : le labO d’Isa

logo couper court aux encours vieille morue

Pour clôturer ma tournée d’interviews sur les encours, après Aline, Julie et Sabine, je reçois Isa. Je reste constamment bluffée par ses réalisations couture d’un très haut niveau, qui témoignent d’une super maîtrise technique, j’étais donc impatiente de bénéficier de son retour d’expérience.

Dis moi Isa, es-tu du genre à avoir des encours qui traînent au fond de tes tiroirs.. ?

Oh oui! J’ai une armoire pleine de projets commencés et pas encore terminés… Mais le pire, ce sont tous les vêtements à réparer, à raccommoder, à raccourcir… Il faudra que je me donne une bonne semaine pour faire le vide dans mon atelier.
J’ai aussi beaucoup de projets en tête et trop peu de temps pour les réaliser 😉 J’ai une to-do list longue comme le bras… Mais les idées sont là et ça c’est chouette!

Tu couds beaucoup de très jolis modèles pour ta fille. Coudre pour les autres, est-ce une motivation supplémentaire pour avancer ?

Oui, j’adore aussi coudre pour moi et pour faire des cadeaux de naissance, d’anniversaire… J’adore coudre pour les bébés des autres car au labo, c’est fini les bébés 😉 C’est toujours un plaisir de voir comme les cadeaux home-made ont une saveur particulière pour les gens qui les reçoivent… On a investi du temps, on a particulièrement pensé à la personne à gâter… Ca n’a pas de prix!

Selon toi, faut-il prendre des risques dans les projets que l’on choisit ? Se lancer dans un truc sans savoir si on en aura vraiment le niveau (ou tout simplement la patience), et voir ce que ça donne ? Ou au contraire, plutôt jouer la sécurité pour être sûre d’en venir au bout ?

Je suis plutôt pour prendre des risques dans le choix de mes coutures… c’est d’ailleurs comme ça que j’ai l’impression de m’améliorer et de me perfectionner en couture. Chaque difficulté a été une étape franchie : la pose d’une fermeture invisible, une chemise ou une veste pour homme, une braguette, etc.

En cas d’erreur, es-tu du genre à défaire pour reprendre les choses correctement ou plutôt du genre à tout balancer par la fenêtre pour ne plus jamais en entendre parler ? Je cherche le secret pour ne pas rester bloquée par les difficultés !

Je suis plutôt fonceuse dans le choix de mes projets par contre lors de la couture, je suis très méticuleuse. Je n’hésite pas à aller voir des tutos sur le net, à repasser correctement, à prendre le temps de bien faire les choses. Je préfère découdre et défaire 20X une couture pour avoir un résultat parfait! Je suis devenue un peu maniaque 😉 mais c’est un atout en couture!  Je l’étais moins au début… Mais c’est très important pour moi de porter ou de voir porter des vêtements bien finis. Un jour, quand j’aurai le temps, je reprendrai des vrais cours de couture pour me perfectionner davantage et ne plus pratiquer une couture rock’n roll d’autodidacte… Mais ça, c’est quand j’aurai le temps 😉

Merci Isa pour ces réponses très constructives. On a parfois le sentiment de faire face à une montagne, mais je pense que tu as raison : il faut se lancer et ne pas perdre patience, quitte à défaire et refaire, afin d’être fière du résultat et donc de soi.

Top + jupe = robe

Lors de la sortie du dernier Chouette Kit, j’avais flashé sur un modèle de « robe de la triche ». Il s’agit en fait d’un top et d’une jupe, relié par une ceinture. Ce qui est sympa, c’est qu’on peut du coup en combiner juste une partie avec d’autres tenues… Au niveau du tissu, je suis partie sur du coton jaune (vive le jauneeee *-*), avec un joli motif origami, parfait pour l’été !

La jupe est ultra fastoche. Il n’y a d’ailleurs pas de patron à reporter. Du tissu qu’on coud sur le côté, un élastique à la taille et hop, c’est déjà fini !

Le top par contre est une horreur… Non pas qu’il contienne une coupe particulière, mais les explications sont terriblement mal fichues… C’est rageant sur le coup, et décevant à la longue : la taille 38, qui est quand même une taille très répandue, n’est pas tracée sur la planche (il faut mixer soi-même le 36 et le 40), le texte est noté n’importe comment sur les explications (on ne sait jamais s’il faut lire de gauche à droite, ou de haut en bas), il manque des précisions dans certaines étapes un peu délicates (notamment le positionnement des manches)… Bref, c’est brouillon. Avec un peu de logique et de bidouille on s’en sort, mais un tantinet contrariée il faut le reconnaître.

A la fin, je suis plutôt mitigée. Les manches papillon, qui sont surjetées au point zig zag, ne sont pas niquel-niquel. Et le top était finalement tellement grand que j’ai du faire de petites pinces sur le devant pour réduire le décolleté. Ca se voit, il faudrait que je défasse mon biais et que je le couse par dessus… Un jour peut être, en attendant je le porte comme ça. Si on ferme les yeux sur ces détails, la forme est quand même jolie et originale, ça change un peu de ce que je mets tous les jours 🙂

La ceinture est une simple bande ourlée. J’ai donné une forme de pointe aux extrémités pour que ce soit plus joli. Je pense que je l’aurais préférée un peu plus longue si j’avais pu, de manière à pouvoir faire de plus gros noeuds, mais telle quelle, elle suffit à masquer la séparation du top et de la jupe.

Modèle : Chouette Kit n°21

Tissu : Bye bye birdie, Atelier Brunette

Un Dill Tee dans mon dressing

La semaine dernière, j’ai organisé une « Knitting Party » avec We Are Knitters (je vous en reparlerai très bientôt). En tant qu’ambassadrice, j’ai pu choisir un modèle parmi quatre propositions, et mon choix s’est arrêté sur le Dill Tee. Pour moi, c’était une grande première avec eux ! J’avais pourtant hâte de découvrir cette marque depuis longtemps, mais force est de reconnaître que les prix me rebutaient.

Le kit Dill Tee m’a été envoyé un taille unique, pour une coupe « loose ». Je suis plutôt satisfaite du résultat ! Le modèle est très rapide à tricoter (avec des aiguilles 5, ça aide !). Le résultat est vraiment souple, pour ne pas dire détendu, car le fil est plus proche d’une taille 3 que d’une taille 5 en réalité.

J’ai apprécié de jongler avec trois points différents : les côtes, le jersey et le point de riz. C’est plus stimulant pendant la réalisation (« allez ce soir, je finis le jersey ! ») et on ne s’ennuie pas. Et puis j’avoue que j’ai été récemment vaccinée du point de riz, donc je ne supporte plus que les petites doses désormais :p

Les explications sont notées rang par rang, et non en centimètres obtenus : ça c’est top !! Néanmoins, WAK m’a fait quelques frayeurs : une erreur sur le schéma, des données manquantes pour le montage, et pour finir je n’obtenais pas du tout le même nombre de mailles en relevant les manches qu’eux. Bon, je me suis quand même débrouillée : un peu de maths par ci, un peu d’ « advienne que pourra » par là, et mon Dill Tee était terminé.

Tricoter du WAK est dépaysant : ce n’est pas la même philosophie de tricotage que chez Phildar par exemple. C’est une chose que j’ai surtout ressenti dans l’assemblage, notamment lorsqu’il faut relever partiellement des mailles pour l’encolure et les emmanchures. Je n’avais jamais fait ça avant, pourtant c’est bien plus rapide et efficace que les méthodes classiques.

Concernant les fournitures, je suis tombée amoureuse du coton Pima, qui est extrêmement doux et très agréable à tricoter. WAK se targue d’ailleurs d’avoir « le meilleur coton du monde » : pour ça je ne sais pas, mais c’est en tout cas devenu mon préféré. L’aquamarine est une couleur lumineuse. Je m’attendais à quelque chose de plus flashy, mais que nenni ! La teinte tire sur le bleu ciel pastel, avec une petite touche de vert : en bref, une couleur facile à porter et parfaite pour l’été.

Le kit contenait également de belles aiguilles en bois, une aiguille à laine pour le montage et une étiquette à coudre.

Modèle : Dill Tee, We Are Knitters

Fil : Coton Pima, coloris Aquamarine, We Are Knitters