Le fameux pull irlandais

Je vous ai récemment affirmé que j’avais été productive pendant ma période de boîte à sardines, eh bien voici le projet qui m’a beaucoup mobilisée : un pull irlandais avec de jolies torsades.

pull-tricot-irlandais-torsades-phildar-drops-vieille-morue-5

J’ai comme l’impression que ce modèle est un incontournable, vu que plusieurs blogeuses que j’adore comme Aline, Charlov ou encore Félicie à Paris l’ont déjà réalisé. C’est vrai qu’il est sublime, avec ce devant torsadé vertigineux !

Au début, j’ai naïvement cru que je pouvais le tricoter tranquillou devant la télé, ou en parlant avec d’autres personnes… Haha, c’était mission impossible ! Pour tout vous dire, il y a trois torsades différentes sur deux rythmes dissonants. Autrement dit, il faut beaucoup de concentration pour ne pas s’emmêler les pinceaux ! Du coup, je me suis créé un petit outil pour suivre mes rangs (il en faut un pour chaque rythme de torsade) : sur un premier petit papier, je note sur une colonne tous les rangs qui composent la torsade (1, 2, 3, 4…).J’en bloque un autre par-dessus avec une épingle à cheveux. A chaque fois que je termine un rang, je bouge le papier du dessus pour découvrir le numéro de la première feuille. Avant que je ne trouve cette technique, je crois que j’ai passé plus de temps à défaire qu’à faire !

Le dos et les manches quant à eux sont en jersey envers, ça permet de souffler un peu après avoir tricoté le devant.

Je tiens Phildar en haute estime concernant les patrons, que je trouve toujours aussi modernes et ingénieux. Comme je préfère les jolies coutures en point invisible, j’avoue que les finitions en point arrière m’ont un peu chagrinée cependant. Quand à la laine utilisée, elle est toute douce et très agréable au toucher, ce qui permet de porter ce pull ajusté directement sur la peau.

Modèle : pull irlandais n°21, catalogue Phildar automne-hiver 2011/2012 n°63 

Laine : Puna coloris 01 Naturel, Drops Design

Une couronne de Noël

J’ai commandé le dernier Chouette Kit pour le simili cuir à paillettes uniquement, sauf que le T1 contenait également une grosse pelote de laine. Il me fallait donc trouver des petits projets qui me permettrait d’utiliser ce fil : je suis partie sur une couronne de Noël.

couronne-noel-chouette-kit-crochet-deco-sapin-morue-2

Très facile et ultra rapide à faire, cette couronne n’est composée que de mailles serrées et de brides. C’est leur accumulation qui donne cet effet « froufrou ». En 1 heure, on n’en parle plus !

couronne-noel-chouette-kit-crochet-deco-sapin-morue-3

Les photos de CK laissait à penser que le fil était blanc crème, en réalité c’est un beige soutenu (vive Photoshop…). Finalement ça m’arrange, elle ressort mieux ainsi vu que mon mur est déjà blanc.

couronne-noel-chouette-kit-crochet-deco-sapin-morue-1

Je craignais que la couronne soit jolie mise à plat et bien arrangée, et n’aie aucune tenue une fois au mur : mes doutes ont bien été confirmés… Ce sont les décorations de Noël que j’ai cousues directement dessus qui lui permette de garder forme. Dommage qu’elle demande d’acheter de nombreuses fournitures à côté (l’anneau de base, et les décos) : quand on achète un kit, on s’attend à avoir tout ce qu’il faut pour réaliser le projet proposé.

couronne-noel-chouette-kit-crochet-deco-sapin-morue-4

Tout ces éléments font que je suis déçue du CK, dont les photos ont été très certainement « pimpées » et qui, tel quel, ne permettait pas d’obtenir le résultat montré dans le livret. En attendant, je m’en suis bien sortie : je la trouve réussie et elle répond au sapin disposé juste à côté, ouf !

Modèle : Chouette Kit n°23

Matériel : anneau de 20cm L’Atelier de la création, décorations de Noël Hema, laine Créative Twist Super Chunky Rico Design

Y’a un renne dans ma déco

Je crois que c’est la première fois que je publie ici un ouvrage de point de croix, et pourtant j’adore ça !

deco-decoration-tambour-point-de-croix-renne-noel-rouge-blanc-broderie-1

Bon par contre le point de croix c’est sympa, mais ça prend du temps. J’ai commencé ce petit renne il y a un an… C’est le modèle que j’avais alors choisi pour mon swap de Noël avec les Chouettes Lyonnaises, mais je crois malheureusement qu’il ne les a pas tant inspirées… (bon sang mais que leur faut-il ??)

deco-decoration-tambour-point-de-croix-renne-noel-rouge-blanc-broderie-3

Pas de point technique en particulier. J’ai brodé avec un seul fil rouge, mais deux pour les flocons blancs et bleus, de façon à ce qu’ils ressortent bien. L’atout charme de ce tambour, c’est bien sûr la toile de lin teintée (dommage qu’elle coûte une fortune).

deco-decoration-tambour-point-de-croix-renne-noel-rouge-blanc-broderie-4

Perso j’adore, je le trouve vraiment original et moderne, ça change des idées reçues sur la broderie et autre ! J’ai fixé le tambour avec un point de colle pour en faire un cadre. Ca rentre parfaitement dans ma déco scandinave !

deco-decoration-tambour-point-de-croix-renne-noel-rouge-blanc-broderie-2

Spéciale dédicace à Diablounette 🙂

Modèle : Cerf nordique, Happinesst

Matériel : toile de lin teintée, écheveaux DMC coloris bleu ciel, blanc et rouge. 

Du (presque) Niki de Saint Phalle dans la maison

Comme vous le savez, j’ai passé un mois et demi dans une boîte à sardines, mais je n’y ai pas fait que patienter sagement en attendant que le temps passe ! Des ateliers d’art plastique étaient proposés, et j’en ai bien profité… Aujourd’hui donc, pas de tricot ni de couture, mais du papier mâché et une bonne dose de peinture !

danseuses-nikki-saint-phalle-papier-mache-sculpture-8

Je suis partie du travail de Niki de Saint Phalle, une artiste dont le travail m’avait marqué plus jeune. J’avais notamment en tête la Fontaine Stravinsky, aperçue lors d’un passage à Paris : des formes généreuses, des couleurs pétantes et une impression de mouvement. Et c’est de là que sont nées mes deux « danseuses ».

La technique des sculptures en papier mâché est très simple : on construit déjà une base avec des boules de papiers froissés qu’on solidifie avec des bandelettes imbibées de colle. Là dessus, on applique deux couches de pâte à papier, constituée de papier journal broyé, d’eau et de colle blanche. Une fois que tout est sec, on peut poncer pour obtenir un résultat plus lisse et uniforme. Ne reste ensuite qu’à peindre le résultat !

Mes danseuses ont bien fait rire les autres patients, à cause de leurs gros bonnets de soutien-gorge ! Qu’importe, elles ressemblent bien à ce que j’avais en tête, j’en suis plutôt contente. Mais maintenant, qu’en faire? Elles règnent actuellement sur mon buffet, mais j’ai pour projet de les suspendre car je me suis rendue compte qu’elles prennent des airs  vraiment poétiques quand elles sont suspendues.

 

Tricoter pour son n’homme

Cet automne, mon amie Mélanie a eu l’idée de défier les Chouettes Lyonnaises, en leur proposant un KAL spécial jacquard ! Je ne m’y étais encore jamais risquée, c’était le moment ou jamais.

makerist-bonnet-snood-jacquard-tricot-homme-4

Petit point historique : saviez-vous que le jacquard est né à Lyon? Eh oui, j’ai bien appris ma leçon au Musée des Tissus : c’est en effet en 1801 que Monsieur Jacquard a mis au point un métier à tisser à cartes perforées… Mais revenons au tricot : il suffit de tenir proprement son fil en arrière et le tour est joué !

Pour cet ensemble double snood + bonnet, je suis partie sur des couleurs sobres choisies par le Mari lui-même : du noir et du gris clair. C’est un combo gagnant, qui fait bien ressortir le motif et les lisières. La laine est très douce, bien chaude et plutôt élastique, ce qui est parfait pour ce genre d’ouvrage.

Le bonnet tombe niquel-pile-poil. Un petit bémol pour les mailles intercalaires au-dessus des côtes qui créé de « mini trous », mieux aurait valu une augmentation simple en tricotant deux fois une même maille par exemple, mais c’est un détail.

Je suis plus sceptique pour le double snood, puisque l’arrière du jacquard est rendu visible à l’endroit où le tricot se tourne. Il faut donc bien le placer au moment de l’enfilage. Mais le Mari a l’air satisfait, donc je suis ravie !

Modèle : L’île aux fils, Makerist

Laine : Drops, Merino Extra Fine coloris : mix gris clair 05 et noir 02

Encore des volants !

Wahou, ça faisait un sacré bout de temps que je n’avais plus écrit ici. 1 mois et demi pour être exacte. 1 mois et demi de « boîte à sardines », et sans connexion wifi qui plus est ! Mais c’était un mal nécessaire pour ma santé, c’est comme ça. Me voilà donc de retour, plus motivée que jamais pour vous tricoter/crocheter/coudre/bricoler (rayez la mention inutile) plein de nouveaux petits projets.

Je tenais également à vous remercier, chers lecteurs et lectrices, de ne pas m’avoir oubliée malgré ce silence. J’ai été très surprise de voir mes statistiques augmenter. En soi on s’en fout, mais en tant que bloggeuse, honnêtement ça fait toujours plaisir 🙂 Merci donc de continuer à me lire !

top-volant-couture-dressing-chic-o-8

Ce soir j’ai envie de vous montrer un vieil encours, débuté il y a un an et terminé récemment. Il s’agit d’un top volanté asymétrique (décidément, je dois avoir une certaine attirance pour les volants !).

La réalisation est fastoche, rien à dire. Pour obtenir des bordures pas trop dégueu sur les volants, je suis passée 3 fois à la limite du tissu avec ma machine à coudre en mode zig-zag. Les photos ne rendent pas justice au tissu à pois argentés qui est juste sublime, même s’il faut reconnaître qu’il se froisse rapidement. Je suis tombée direct amoureuse de ce côté brillants et chic !

Je dirais que le souci majeur de ce top, c’est que j’avais découpé toutes les pièces quand je faisais encore du 36, et que depuis la morue s’est dodufiée. Du coup, même si je rentre (péniblement) dedans, je me sens mal à l’aise. Pas sûr, donc, que je le porte souvent… De toute façon, vous me direz qu’il est totalement hors saison pour l’instant.

Modèle : O, Dressing Chic : vêtements et accessoires, Pauline de Saint-Lager / Cécile de Chatillon / Coralie Bijasson, Mes carnets de Couture, Hachette Collection

Tissu : coton à pois argentés brillants, L’Atelier de la Création