Les challenges créatifs 2017 #2maillesenlair

« C’est en forgeant qu’on devient forgeron »

Un dicton tout bête, et pourtant ! Je n’ai jamais été autant convaincue. La réussite ne tombe pas du ciel, elle est issue d’un long travail et d’un apprentissage constant. Pour progresser en tricot, il faut donc avant tout tricoter, et il en va de même pour les autres techniques.

Avec mon amie Mélanie, on a pourtant fait un triste constat : bien souvent, on arrive pas à consacrer du temps pour créer des choses dans nos agendas surbookés, et parfois c’est aussi la motivation qui nous fait défaut… Alors, pour nous booster un peu le popotin, on a décidé de se lancer des défis mensuels. L’idée est qu’avec un thème et un objectif à réaliser, on arrivera à être plus productives ! Et il fallait bien un lama pour motiver une morue 🙂

logo 2 mailles en l'air.png

Le challenge a deux aspects :

  • il s’agit d’aboutir au minimum un projet « laineux » (tricot ou crochet) + un projet textile par mois.
  • l’une de ces réalisations doit être en lien avec le thème du mois. Par exemple, le thème du mois de janvier est : « se faire une jupe colorée » (on peut donc partir sur la technique que l’on veut, perso je vais faire de la couture avec un tissu assez épais pour l’hiver).

Ce challenge a un nom : 2 mailles en l’air ! Ca vous dit de nous rejoindre? Alors rendez-vous sur notre groupe Facebook et Instagram, avec le hashtag #2maillesenlair

 

Excès de mignonnerie

Bon, j’ai pris pas mal de retard dans la publication de mes articles, mais je ne pouvais plus attendre pour vous montrer ça :

ours-miyuki-tissage-brick-stich-sautoir-4

N’est-il pas TROP choupi-mignon??

Cet ourson est un tissage de perles Miyuki. Les explications que j’ai trouvé sur internet le proposent en peyote. Sauf que vous connaissez le fameux diction qui dit : « peyote impair, OH PEUCHERE ! »… Donc je les ai simplement renversées, façon brick stitch. (Pour les non-initiées, en gros j’ai commencé par le côté, et non par le cou de l’ours).

J’ai décidé d’en faire un sautoir. Non, la morue ne sera jamais trop vieille pour porter des choses aussi craquantes !

Modèle : La Petite Epicerie 

Perles : perlesandco, Miyuki Delicas 11/0 DB-15000 / DB-1505 / DB 1503 / DB-0310

Opération #CouperCourtAuxEncours : Anisbee

logo couper court aux encours vieille morue

Dans le cadre de ma chasse personnelle aux encours, je reçois mes blogueuses préférées pour bénéficier de leur expérience et de leurs conseils. Après Aline et Julie, j’ai la chance de recevoir aujourd’hui Anisbee, une crocheteuse dont j’admire la créativité !

 Alors Sabine, es-tu une véritable « nana à encours » ??

Oui… (air penaud).

Je n’en suis pas fière mais je ne résiste pas à l’envie de commencer toujours quelque chose de nouveau. C’est clairement ce que je préfère, commencer un nouveau projet qui me trottait dans la tête depuis quelques jours, quelques heures ou même quelques minutes. Je n’ai vraiment pas la patience d’attendre d’avoir fini le précédent projet pour m’y mettre! Et bien sûr la conséquence c’est la multiplication des encours!!!

En ce moment j’ai 5 ou 6 tote-bags stockés près du canapé contenant pour l’un le corps d’une poupée, l’autre une tête d’hippo qu’il faudrait juste fixer sur son socle, même chose pour la tête d’alpaga, ou encore une pochette pailletée, un doudou que je crochète pour la deuxième fois car je voudrais en écrire le tuto, un chèche en mohair qui attendra donc l’hiver prochain pour être terminé… et il se pourrait bien que j’en oublie. Ah oui, ça me revient, j’ai aussi commencé un aigle et une cigogne!

Wahou, ça fait beaucoup :p De quand date le plus vieux de tes encours ?

Le plus vieux, c’est un encours tricot! J’ai commencé une marinière pour Etienne en taille deux ans. Le jeune homme a maintenant 5 ans !!!

A la naissance de Sacha, je me suis dis que ce serait l’occasion de la terminer…. Il faudrait vraiment que je me dépêche car il vient déjà de souffler sa première bougie!

Bon alors là, c’est impardonnable !!

Le pire c’est qu’un petit pull en taille 2 ans : ce n’est pas un projet gigantesque, ni par la taille ni par la difficulté! Ma seule excuse, si c’en est une, c’est que que mon envie de crocheter prend toujours le dessus sur les envies de tricot ou de couture, je suis vraiment addict à mes crochets !

J’ai cru remarquer que tu adores crocheter des amigurumis… C’est parce que ça te change les idées entre le grand jeté de canapé et la veste aux milles torsades de tes rêves ?

C’est sûr, une des choses que je préfère dans le crochet c’est la possibilité de réaliser des petits objets à offrir sans avoir à se lancer dans des projets au long cours, les amigurumis sont parfaits pour ça.

Mais en me parlant de jeté de canapé, tu me rappelles que le plus vieux de mes encours est finalement bien un projet au crochet… J’ai appris à crocheter il y a environ 7 ans en faisant tout plein de granny-squares multicolores, j’en ai bien une centaine. Ils sont prêts à être assemblés pour faire ce plaid dont j’ai rêvé. Je me demande où est passé ce sac à encours…

Aurais-tu un conseil pour ne pas se laisser déborder par trop d’encours simultanés ?

Après avoir avoué tous ces encours, je ne crois pas que l’on puisse prendre mes conseils au sérieux !!

Si? Alors un seul: une bonne résolution qu’il faudrait prendre et qui résoudrait tout, ce serait de n’acheter laine et coton qu’au fur et à mesure des besoins et des projets terminés… Mais je mets ça au conditionnel parce que je fais exactement le contraire, je craque et je stocke!!! Bref je crois que je suis incorrigible !

Haha, merci beaucoup Sabine d’avoir répondu à mes petites questions avec franchise et honnêteté ! Tu es donc la preuve qu’on peu avoir mille encours sur le feu et bien se débrouiller quand même : ouf, c’est déculpabilisant :)) !

Opération #CouperCourtAuxEncours : Julypouce

logo couper court aux encours vieille morue

Comme vous le savez, je me suis lancée dans une chasse aux encours… Après Aline au pays des mailles, c’est Julypouce qui a accepté de se prêter au jeu de l’interview ! C’est chouette, parce que ses projets sont plein d’ingéniosité, et égayent le quotidien. J’avais donc hâte d’en savoir plus sur son organisation !

Allez avoue Julie, toi qui est hyper-productive, combien d’encours as-tu sur le feu en ce moment ?

D’habitude j’en ai toujours au moins 3 ou 4 sur le feu : un encours pour les transports, un encours « test », un encours long et chiant… mais en ce moment c’est un peu particulier car je travaille sur mon deuxième livre, donc j’explose carrément les scores !!

Comment fais-tu pour creuser toutes les idées de DIY qui te viennent à l’esprit ? Tu as une liste hiérarchisée, ou un truc du genre ?

Non, pas de liste, je ne suis pas du genre organisée. J’aime fonctionner sur l’instant. J’ouvre mon placard à pelotes (en fait le dressing de notre chambre pas encore aménagé !) et j’improvise. J’aime bien partir avec une contrainte. Par exemple pour mon article « moufles ou mitaines »,  à la base je voulais juste faire une paire de moufles, mais je n’ai pas eu assez de laine pour tricoter la deuxième… du coup j’ai fait une mitaine. Et ça m’a donné l’idée de faire un article avec deux tutos et de dire aux lectrices de choisir leur camp : êtes-vous plutôt moufles ou mitaines ?

Pareil pour l’écharpe Nazca : j’ai du jouer avec les changements de couleurs pour pouvoir la terminer. Voila d’où vient mon amour pour les associations de couleurs, je n’ai jamais 3 pelotes pareilles !

Mes projets préférés sont les « vides placards » comme le serpent rayé  et les petits projets rapides avec des restes de pelotes, comme le bracelet tricotin .

Tu déniches souvent les bons plans sur le web, t’arrive-t-il du coup de commander des fournitures sans savoir à quoi ces 20 pelotes de coton biologique pour le prix de 15 vont te servir, ou quand est-ce que tu vas pouvoir aboutir un projet ?

Tout le temps ! Je ne sais jamais d’avance ce que je vais faire avec mes pelotes ! Je pars toujours de la matière et après je trouve l’idée, selon mes envies du moment.

Mais tu ne te fais pas engueuler par ton copain, à cause de ces encours qui traînent ?!

Je crois qu’il relativise maintenant, surtout depuis que l’on a déménagé dans une maison ! Et puis tout est centralisé dans un placard, j’essaye de ne pas trop dépasser ! De temps en temps il me lâche un « t’as beaucoup de laine non ? ».

Aurais-tu un conseil pour arriver à recycler un encours qui n’en finit plus ?

Il y a toujours un moyen de recycler ! Souvent le coussin est la bonne solution si vous avez commencé un pull. Et si c’est plus petit vous pouvez toujours transformer votre tricot en trousse ou pochette. Comme je ne tricote quasiment jamais de grosses pièces ça ne m’arrive pas souvent. Mais je me dis qu’un jour j’assemblerai tous les petits bouts tricotés qui trainent pour en faire une couverture géante !

Oh, j’adore cette idée de couverture géante 😀 Merci Julie d’avoir répondu à mes petites questions !

——-

Et sinon, il y a toujours une jolie mug à gagner avec le jeu #CouperCourtAuxEncours !

Opération #CouperCourtAuxEncours : Aline au pays des mailles

logo couper court aux encours vieille morue

Comme vous le savez, dans ma lutte contre les encours, j’ai envie d’inviter mes blogueuses préférées pour bénéficier de leur retour d’expérience et de leurs conseils.

Aujourd’hui, c’est Aline au pays des mailles qui s’est très gentiment prêtée au jeu !! C’est une tricoteuse-crocheteuse chevronnée que j’admire beaucoup, et je suis donc ravie de pouvoir l’accueillir ici.

Bon alors Aline, il paraît que tu termines TOUJOURS tes encours… C’est vrai ce mensonge ?

Oui M’dame ! Je suis plutôt têtue, perfectionniste et quand je débute un projet, je m’investis énormément. Je défais, je modifie et recommence jusqu’à obtenir ce que je souhaite. Je peux aller jusqu’à finir un tricot alors que je sais pertinemment que je ne le mettrais pas. Moi dans toute ma splendeur ! Et étant blogueuse tricot, le processus de création d’un projet me demande beaucoup de temps (photos, écriture…) je ne peux pas trop me disperser. 

Mais comment est-ce possible ?! Tu t’interdis de commencer un nouveau projet tant que tu n’as pas fini le précédent ?

Je ne m’interdis rien, il faut que le tricot reste un loisir qui me procure du plaisir, c’est pour cela que mes projets ne sont jamais vraiment établis. J’aime me concentrer et porter toute mon attention sur une chose à la fois. Se disperser n’apporte rien de bon, ah si, des encours non terminés dans les placards. Ah ah !

Mettons que tu sois en train de tricoter un pull. Une espèce de jacquard bien long, bien compliqué, bien chiant. Et puis là, tu tombes sur un modèle de pochette en crochet trop mignon.. Tu es capable de résister ?

Oui et non ! Une petite concession est toujours envisageable, j’achète tout le matériel pour réaliser cette pochette mais je termine d’abord mon tricot.

Quel est le projet dans lequel tu t’es lancée qui a duré le plus longtemps ?

Celui sur lequel je suis en train de travailler mais comme c’est un test knit,  je ne peux dévoiler trop de choses… Ma veste Old Romance, un modèle de Joji Locatelli, m’a demandé beaucoup de patience et d’énergie, c’est la plus belle pièce que j’ai tricotée. Je me dirige de plus en plus vers ce genre de modèle car leur construction est très soigné et c’est un détail que j’apprécie. 

Une astuce pour garder courage, tenir bon dans les moments difficiles ?

On est toutes différentes, c’est tellement subjectif ! Certaines ont besoin de faire des pauses et de revenir à leur projet plus tard, quand d’autres en ont plusieurs en même temps, et puis il y a les filles un peu scolaires comme moi ! Que ce soit un joyeux bordel ou bien organisé, au final tout passe par les choix que l’on a faits. 

Avec le temps et la pratique, j’ai appris à éviter certains pièges… Bien choisir son modèle est primordial ! Une chose que je fais souvent : si une pièce au tricot me plaît, j’attends d’avoir les retours de tricoteuses qui ont réalisé le modèle. 

Lire les explications du modèle avant de se lancer et se confronter à la réalité (ok, je ne le fais pas souvent) c’est une bonne idée ! On peut se lancer avec plus de sérénité et il n’y a pas de mauvaises surprises.

Tout ce qui se tricote avec des petites aiguilles sera forcément long à confectionner et le jersey n’est pas du plus motivant… Quand on a ce genre de projet sur les aiguilles , avoir un petit projet accessoire ou autre pour faire des pauses est sympa !  Vous connaissez le tissage de perle ? On n’est d’accord qu’on ne commence pas un autre pull, hein les filles !!!

Les Kal sont aussi très intéressant, le fait de ne pas se retrouver seul en galère avec son tricot, de s’entraider ou de voir l’évolution des autres est motivante.

Ou mettre en vue ses précédents en cours ! Je crois que ça a été un bon électrochoc pour toi ?

Haha, bien vu ! Merci Aline, cet échange m’aiguille beaucoup !

—–

Fortes vous aussi de tous ces bons conseils, n’hésitez pas à participer au jeu #CouperCourtAuxEncours , il y a une jolie mug à gagner 🙂

Opération #CouperCourtAuxEncours : le lancement

L’histoire a commencé innocemment.

En ce moment, je tricote un gilet en cinq parties. Quand le dos a été terminé, tout en sachant que c’est un projet un peu long et que je n’allais pas laissé tous ces bouts traîner sur ma table de chevet, j’ai souhaité le ranger dans mon « placard à bricoles » en attendant le montage final. Sauf que… Je n’ai pas réussi à lui trouver une place, entre toutes les fournitures et, force est de l’avouer, tous les en-cours qui y trônaient déjà…

Pas paniquée pour deux sous, je me suis alors dirigée vers un autre coin où je peux stocker mes ouvrages. Sauf que là encore, impossible de refermer le coffre, qui était plein…

C’est à ce moment que la morue en moi a lâché un sévère « Meuf, tu abuses. »

vieille morue encours

Il faut dire que le constat est sévère. J’ai tant de fameux « en-cours » que je n’ose vous avouer le nombre de projets que j’ai comptés… Mais cette fois-ci, il est hors de question que je me laisse déborder. De 1/, je ne me trouverai pas de troisième cachette à en-cours. De 2/, je vous propose de faire la chasse avec moi !

Puisqu’il vaut toujours mieux rire que pleurer, j’ai en effet décidé d’entrer en guerre contre ces projets inachevés que l’on délaisse, que l’on cache un peu honteuses… Se dénoncer S’en rappeler nous motiverait peut-être à reprendre nos aiguilles (qui sait?)… L’idée n’est pas de se flageller, mais de dédramatiser la chose ! Un peu de d’auto-dérision, mesdames !

logo couper court aux encours vieille morue

Jusqu’à la fin du mois au 14 mai, je vais donc recevoir quatre de mes bloggeuses fétiches afin qu’elles nous parlent de leur expérience et qu’elles nous livrent leurs conseils.

En commentaire, parle moi d’un de tes en-cours : quel est ce projet, comment tu en es arrivée là, etc… Par mail, envoie moi une photo sur l’adresse : blogvieillemorue@gmail.com , ce qui me servira à constituer un « Mur des encours ». N’oublie pas de présenter cet ouvrage sur ton propre blog si tu en as un, avec le logo ci-dessus !

mug motivation couper court aux encours

Par ailleurs, j’offrirai un petit cadeau à l’une des participantes par tirage au sort parmi mes abonnées, le 30 avril le 14 mai. Il s’agit de la « tasse de la motivation » de Katie Abbey Designs, directement importée d’Angleterre, pour se motiver avec un bon thé à boucler ce fichu pull dont il ne manque plus qu’une manche, ou la trousse à qui tu avais pourtant promis un zip.

EDIT : Malheureusement, en raison d’un sale problème d’ornithorynque dont je vous parlerai peut être un jour, je n’ai pas pu aboutir mon projet comme je l’avais prévu à la date du 30 avril. Je décale donc mes plans au samedi 14 mai (dans deux semaines) pour faire le tirage au sort. Je vous présente sincèrement toutes mes excuses !

Des perles jaunes tissées

Ce soleil radieux me donne envie de vous montrer ma nouvelle parure tissée, réalisée dans la foulée de la première. Toujours issu du kit « Mes tissages Santorin » de La Droguerie, bracelet manchette et boucles d’oreilles sont dans les tons jaunes cette fois-ci.

IMG_0064

C’est drôle, parce qu’ All Made Here se faisait justement la réflexion que le jaune est une couleur superbe, qu’on devrait porter plus souvent. Personnellement c’est une couleur que j’affectionne particulièrement, que je trouve pétillante et moderne, surtout au bout des ongles comme vous pouvez le voir !

Le tissage n’a plus de secrets pour moi (hum, on y croit…), donc pas de difficultés de réalisation. Avec 13 rangs, on monte le niveau ! Néanmoins j’ai été un peu contrariée en cours de route : le kit ne comprenait qu’un seul sachet de perles blanches, or je n’en avais pas assez pour faire un bracelet correct avec le motif proposé (pas cool, La Droguerie, quand on pense au prix de ces kits…). J’ai donc rajouté de part et d’autre de la manchette une partie « yellow yellow » qui ne me déplaît pas, finalement. Côté boucles, je suis à nouveau fan : ce style correspond tout à fait à ce que j’ai envie de porter en ce moment.

Je suis devenue accro aux tissages de perle, et ça, c’est grâce à Sandra, ma souris préférée. J’en ai d’ores et déjà un autre en cours (décidément, on ne m’arrête plus !).

Modèles : « Mes tissages Santorin », La Droguerie

Perles : La Droguerie

Premiers essais au métier à tisser

Samedi dernier, j’étais chez ma copine Sandra* pour la rencontre mensuelle des chouettes lyonnaises, et je suis tombée sur un bracelet de perles qu’elle était en train de confectionner. Ce n’était pas la première fois que je la voyais tisser de superbes petites choses, mais là, j’ai craqué. Ni une, ni deux : direction la Droguerie dès le lundi suivant ! Sauf que mon enthousiasme m’a coûté bonbon… Entre le métier à tisser, les différents fils nécessaires, des perles et quelques apprêts, j’en ai quand même eu pour 72 euros ! Qui a dit que le DIY permettait de faire des économies..? Mais bon, c’est un investissement (et même que c’est la vendeuse qui l’a dit, ouf).

métier

Pour débuter, je me suis offert le kit Santorin : deux bracelets manchettes + deux paires de boucles d’oreilles, le tout avec des motifs aztèques et géométriques. La technique est plutôt simple : on glisse les perles sur le fil, qu’on passe sous la trame, puis on repasse l’aiguille dans les perles, au-dessus cette fois-ci : les perles sont ainsi bloquées entre les fils de trame. Une fois le tissage terminé, on colle le tout proprement sur le support.

J’ai commencé par la parure chambray. Bilan : je suis carrément satisfaite ! J’ai eu beaucoup de plaisir à réaliser ces petits bijoux, et le résultat est très sympa. J’adore particulièrement les boucles d’oreille, que je trouve originales.

*Sandra tient justement un super blog, où elle publie ses créations ! Ca s’appelle sourisliberty , et ça vaut le détour 🙂 !

Modèles : Mes tissages Santorin, La Droguerie

Perles : La Droguerie