Un Henslowe pour châle de mariée

La semaine dernière, j’ai enfin bloqué mon châle de mariée…. 8 mois après le jour J. Mais revenons un peu sur l’histoire de la bête.

morue henslowe wedding shawl 2

Il n’est pas évident de se décider sur un modèle de châle quand on le destine pour son grand jour. Vous me direz qu’il n’est pas évident de se décider tout court et sur tous les sujets quand on est sur le point de se marier… Mais là, c’est encore différent, ça touche à la tenue, c’est un accessoire qui peut faire toute la différence, qui est complémentaire à la robe et donc hautement indispensable (c’est du moins ce qu’on se met en tête, c’est dire à quel point les futures mariées amplifient tout).

J’avais une robe de mariée toute simple, en cergine. Bustier drapé sur la poitrine, coupe sirène, longue traîne avec de petits boutons dans tout le dos. En bijoux : des perles et des Swarovski. Les cheveux relevés, quelques fleurs fraiches dans mon chignon. Je voulais donc un châle épuré, mais avec une dentelle fine et travaillée. Il fallait également qu’il soit assez large pour bien me couvrir le dos et les épaules, dans une laine douce, soyeuse et chaude (c’est que j’ai choisi le mois de novembre, moi, m’dame !). Après de multiples tergiversations, mon choix c’est arrêté sur le Henslowe shawl, un châle tout en délicatesse.

Grâce à lui, j’ai bien progressé : c’était mon premier châle, ma première dentelle, et plus tard mon premier blocage, mais également mes premières explications en anglais, et surtout la première fois que je relevais des mailles sur le côté pour faire une bordure.

J’ai néanmoins commis une erreur, en resserrant systématiquement la première maille de la bordure, celle qui permet de souder le corps du châle à la dentelle. Sur le coup, je ne me suis pas rendue compte de ma bêtise, je ne me suis même pas posé la question : pour que deux parties s’assemblent, il fallait que je les serre bien comme il faut ! Sauf que je me suis retrouvée avec une ligne très tendue en plein milieu, qui empêchait le châle de s’épanouir comme il l’aurait pu. Au blocage, le tout s’est bien détendu heureusement, mais je pense qu’il aurait pu prendre encore quelques centimètres.

Bon, et alors que s’est-il passé finalement? Et bien, le châle était terminé depuis le mois d’août, mais je redoutais tellement l’étape du blocage que j’ai reculé, reculé, reculé… Puis les galères de dernière minute se sont accumulées à 15 jours du jour J (le prêtre qui ne voulait plus nous marier, le cambriolage de notre garage…) et m’ont pris le temps que j’avais prévu pour ça. La veille, j’ai tenté dans un dernier espoir de le bloquer en 5 minutes sur le dos de mon canapé, en fixant la laine trempée avec 4 pauvres petites épingles (nous étions également en plein déménagement, je n’avais donc plus toutes mes affaires sous la main). Bref, ça n’a pas fonctionné. Une amie fraîchement mariée m’a très gentiment prêté une petite fourrure, et tout s’est bien passé.

morue henslowe wedding shawl 9

La semaine dernière, forte des conseils de Mélanie, une amie ultra-calée sur les questions de fil, j’ai repris cette dernière étape, en prenant le temps de bien piquer toute la dentelle à sec, et en recouvrant le tout d’une serviette légèrement humide. Après 24h, le châle est parfait. Il était temps ! Mais je suis fière du résultat.

Modèle : Henslowe shawl, Beth Kling

Laine : Baby Alpaca Silk, coloris n°0100 Naturel, Drops Design.

 

De jolis faire-parts, pour mon joli jour

Sur ce blog, j’ai aussi décidé de vous faire partager l’aventure de mon mariage. J’ai passé tellement de temps à le préparer, j’y ai mis tant d’énergie et de moi-même, que j’ai parfois un peu le blues maintenant que tout est passé. Ici, c’est donc l’occasion de revivre en quelque sorte cette période magique, et partager avec vous mes DIY et conseils.

mariage vieille morue

Il y a tout juste un an, j’envoyais mes faire-parts. 42 enveloppes, pour 80 invités.

Je précise avant toute chose que je suis urbaniste de formation, et que j’ai donc des compétences en infographie. Sans vraiment d’idée précise en tête, je me suis lancée sur Illustrator, un logiciel que j’affectionne beaucoup. J’ai d’abord réalisé plusieurs styles totalement différents, et l’Homme a tranché. Une fois la conception réalisée sur ordinateur, j’ai préparé les planches d’impression sur Indesign, puis fait imprimer mes cartons chez l’un de mes contacts, qui m’a également fait la découpe.

faire part vieille morue 1 invitation

En tout, quatre planches, sur deux cartons recto-verso.

Sur la première, des informations de base, avec une formulation sobre mais un jeu sur les typographies et les couleurs. Dans le fond, j’ai créé un motif baroque façon papier-peint.

faire part vieille morue 2 rsvp

Au dos, le RSVP (« Réponse attendue S’il Vous Plaît »), précisant nos coordonnées. J’ai profité de la place laissée sur ce carton pour y insérer un dessin de notre petite famille. N’étant pas vraiment photogénique, je suis assez mal à l’aise devant l’objectif, et je ne me voyais pas mettre une grosse photo de moi. Par ailleurs, j’ai longtemps rêvé de devenir illustratrice dans ma jeunesse, et c’était donc l’occasion d’y glisser un élément de très personnel.

faire part vieille morue 3 planning

Sur le deuxième carton, le programme de la journée. Aucun mérite, je l’ai allègrement copié de plusieurs images trouvées sur le web, et j’ai simplement redessiné la plupart des items à ma sauce.

faire part vieille morue 4 plan

Enfin, les adresses des deux lieux de la fête, avec un plan pour aider les invités à trouver leur chemin.

faire part vieille morue ensemble

Le tout était maintenu par un bandeau de papier à relief sur lequel nous avions craqué. J’y ai glissé un ruban de satin rose, fixé dans la jointure du papier à l’arrière et passant dans deux fentes sur l’avant.

Pour finir, et parce que nous voulions offrir un premier petit cadeau à nos invités, un magnet à détacher était placé sur le bandeau et le ruban.

vieille morue faire part enveloppe rose gris.jpg

Côté enveloppe, nous avons craqué sur un système de pliage origami. L’aspect argenté brillant donnait une allure chic à l’ensemble. Elles étaient certes un peu chères, mais on voulait marquer le coup. J’ai écrit les adresses manuellement, avec une écriture lointainement inspirée de la calligraphie. A noter qu’à l’intérieur de l’enveloppe, un autocollant invitait les personnes à se connecter sur notre site internet de mariage afin de trouver plus d’informations pratiques et logistiques.

J’ai beaucoup douté avant d’envoyer mes faire-parts, à cause des critiques que j’avais reçues pendant la phase de réalisation, venant d’une personne proche : « mais c’est gris, c’est triste… », « ça ne fait pas mariage », « le dessin est trop enfantin », « c’est bizarre de mettre ses animaux dans son faire-part… ». Mais j’ai décidé de tenir bon, et les échos positifs que j’ai reçus par la suite m’ont réconforté. Aujourd’hui, je ne peux que conseiller aux futurs mariés d’écouter LEURS envies et de SE faire plaisir avant tout.